Leurs rêves sont nos cauchemars du passé !

TOUT LE MONDE DANS LA RUE MARDI 12 SEPTEMBRE !

Le voilà le jeune président sémillant. Il est là, il nous donne des leçons de démocratie, de transparence (sauf pour lui), de dialogue (à partir du moment où il a le dernier mot), etc… Si c’était quelque chose de neuf, nous pourrions trouver cela presque amusant. Mais non, c’est une continuité. Car rien de neuf dans les théories de Macron : continuité d’une Margaret Tatcher, d’un Gerhard Shroëder, d’un Ronald Regan. En gros, libérer les patrons, ces petites choses fragiles, pour libérer le travail. Cela sonne bien non ? Vous avez une impression de déjà vu ? Et pour cause : ces recettes sont les mêmes depuis l’émergence du capitalisme, depuis le début de l’ère industrielle. Compresser, malmener, asservir ceux qui produisent pour que quelques uns et unes s’en mettent plein les poches.

Regardons les choses en face : la volonté de destruction du code du travail, le retour du travail à la tâche (on parlait du livret ouvrier au 19ème siècle), l’individualisation de la protection sociale par la destruction de la Sécurité Sociale, au détriment du collectif et au bénéfice des assurances privées, la mise en concurrence accrue des travailleuses et travailleurs entre eux, tout cela nous l’avons déjà connu dans l’histoire. C’est un retour en arrière avant les grandes luttes et leurs victoires. Une simple revanche, méthodique et malsaine, au son du « mais il faut être moderne ». Donc être moderne c’est casser les faibles droits de celles et ceux qui subissent l’oppression patronale ? C’est rendre le travail omniprésent à coup de précarité ?  C’est forcer toutes celles et tous ceux qui sont dans l’obligation de travailler pour vivre à rogner encore plus sur leur temps libre ? Diminuer leurs maigres congés comme le souhaitent quelques éditocrates ? La modernité serait donc un retour aux conditions de vie des années passées ! Idiot.e.s que nous sommes d’avoir pensé que le progrès c’était d’aller vers toujours mieux !  Leurs rêves sont nos cauchemars du passé.

Ne nous leurrons pas, il ne s’agit plus de simplement s’opposer à une logique libérale, mais à une logique de prise en main de nos vies. Consommation comme moteur, flicaille de partout pour casser ceux qui souhaiteraient vivre autrement, l’autre comme ennemi désigné par son origine, sa religion et que savons nous encore … Une ère de fascisme mou, où l’armée est dans nos rues pour « notre sécurité » et la police dotée de moyens énormes, que ce soit en matériels de répression ou en moyens d’intervention ajoutés dans la loi (perquisitions au doigt mouillé, etc…).

Le dérèglement climatique, la destruction de la biodiversité et la crise économique sont les conséquences du capitalisme. Elles ne seront pas dépassées par une nouvelle dose de capitalisme

Il s’agit donc aujourd’hui de (re)mettre en place une réelle force de lutte, capable de changer la vie.

Nous, anarchistes, souhaitons la fin du travail. Nous souhaitons la fin du salariat. Nous voulons une réappropriation des moyens de production pour produire, sur la terre entière, selon les besoins, et avec le maximum de temps libre pour toutes et tous.
Nous, anarchistes, œuvrons au dépassement des frontières, au dépassement des ethnies et autres moules identitaires dans lesquelles on nous enferme pour mieux nous diviser.
Nous, anarchistes, voulons précipiter la fin des oppressions patronales, étatiques, patriarcales et religieuses, pour reprendre réellement nos vies en main, pour choisir ensemble notre destin commun.
Nous, anarchistes, vomissons l’armée et ce qu’elle représente, les guerres faites au nom des peuples, de la liberté, de la démocratie et soit disant pour la paix.
Nous, anarchistes, luttons pour que chaque personne puisse être un individu libre au milieu de ses semblables. Car comme le disait Bakounine : “Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes et femmes, sont également libres”.

C’est cela qui doit être le guide de nos actions à venir. Pas simplement l’opposition à Macron le libéral. Pas non plus l’envie d’un capitalisme « domestiqué » ou « juste », comme proné par trop de forces politiques. Non, il faut dès aujourd’hui commencer à rendre possible un autre monde. Dès maintenant penser à l’après, le construire, en en parlant et en agissant.

Il n’y aura pas de sortie de notre condition d’oppressé.e.s par le capitalisme via un autre capitalisme. Seule une rupture claire, une réappropriation de nos vies, un dépassement de nos rois élus et des chambres de palabres républicaines peut nous assurer enfin des lendemains meilleurs. La mise en place d’une réelle vision internationaliste, par l’unité locale et planétaire, par le dépassement de cette mondialisation capitaliste nous premettra de trouver la solution. Où la liberté est le moteur de tout ce qui nous guide. Ensemble.

Pour l’anarchie et donc pour la liberté!

Groupe Graine d’Anar Lyon, membre de la Fédération Anarchiste.

Pour télécharger le tract en PDFTract Macron FA

Communiqué de la Fédération Anarchiste suite à la nouvelle vague de répression à Bure

La Fédération Anarchiste soutient les initiatives prises depuis longtemps à Bure contre l’enfouissement, dans des conditions inopérantes pour des dizaines de milliers d’années, de déchets nucléaires en « couche profonde ».

Depuis toujours, la Fédération Anarchiste dénonce la société nucléarisée, qui nécessite un système autoritaire, opaque et militarisé. Imposée aux populations par des États désirant posséder la bombe atomique, l’énergie nucléaire entraine désastres financiers et catastrophes humaines et laisse à des milliers de générations la gestion de déchets radioactifs mortifères

Le week-end du 15 août a été l’occasion d’un rassemblement militant contre la mise en place de ce puits de la mort. Assez rapidement, les affrontements sur les lieux ont éclaté, suite aux provocations des forces du désordre au service d’un État policier, trop contentes de pouvoir user de leurs armes : les lanceurs de grenades assourdissantes. Qui, nous le savons, se transforment rapidement en outils de mutilation.

Lors de ces affrontements, Robin, militant, a été blessé au pied par une de ces grenades. Blessure très grave comme il en témoigne lui-même : «  Mon pied est dans un sale état, la grenade l’a creusé sur une profondeur de 3 cm et un diamètre de 13 cm. Les os sont pour la plupart brisés. Certains ont même disparus, pulvérisés. La chaussure a été explosée, le plastique a fondu et s’est engouffré dans la plaie, si bien qu’une infection est probable, ce qui nécessiterait l’amputation des 5 orteils » (1)

La Fédération Anarchiste apporte tout son soutien à Robin dans cette épreuve, et plus largement à toutes celles et ceux qui luttent contre l’état et son monde nucléaire.

Fédération anarchiste

23 août 2017

(1) Source : https://nantes.indymedia.org/articles/38357

Communiqué de la Fédération Anarchiste suite à Charlotteville

Vous trouverez ci dessous le communiqué de la Fédération Anarchiste suite au meurtre d’Heather Heyer à Charlottesville, tuée par un suprémaciste blanc. Le groupe Graine d’Anar s’associe à ce communiqué.


http://www.federation-anarchiste.org/
relations-internationales@federation-anarchiste.org

Charlottesvile, l’extrême droite tue … une fois de plus

14 août 2017

Une fois de plus, l’extrême droite nous montre son vrai visage de haine. Samedi 12 août 2017 à Charlottesville, aux États-Unis, une voiture conduite par un participant à la « marche des suprémacistes blancs » a foncé sur la manifestation anti-raciste, tuant Heather Heyer, 32 ans, et blessant 34 personnes. La veille au soir, déjà, lors d’une marche au flambeau rassemblant au cours de laquelle s’étaient rassemblés des groupuscules néonazis, identitaires, suprématistes blancs sur le campus de la ville,ils avaient ouvert les hostilités en attaquant étudiant-e-s et habitant-e-s de la ville qui s’opposaient à ce rassemblement.

Le 12 au matin, plusieurs centaines d’extrémistes de droite se sont rassemblés pour protester contre le déboulonnement prévu d’une statue glorifiant un général esclavagiste sudiste. Certains d’entre eux, pour l’occasion, étaient habillés en tenue paramilitaire, armes semiautomatiques en bandoulière, d’autres étaient armés de boucliers et matraques en tout genre. Des affrontements ont éclaté un peu partout autour du lieu du rassemblement avant même son commen-cement entre extrémistes de droite et militant-e-s anti-racistes.

Suite à cela, ce même rassemblement fut enfin interdit et évacué. C’est peu de temps après l’annonce de l’annulation que l’extrémiste de droite a décidé de foncer délibérément sur la foule anti-raciste. Aux USA, comme en France, les groupuscules d’extrême droite décomplexés se sentent tout-puissants grâce notamment aux victoires électorales, n’hésitant plus à attaquer et tuer des militants anti-racistes. Rappelons que Trump a
été élu grâce à cette Amérique blanche raciste des États du Sud. On peut noter qu’à l’annonce de l’assassinat la première allocution de Trump visait à condamner la violence qu’il y avait eu de part et d’autre, sans faire mention de l’assassinat et tentative de meurtre volontaire sur les manifestants anti-racistes, comme si la défense des libertés était du même ressort que son attaque. Ce n’est que deux jours plus tard et sous la pression populaire et internationale, que Trump décide à contrecoeur de condamner cet acte et de sembler reconnaître que « le racisme, c’est mal ».

Mais encore deux jours plus tard, le 15 aout, Trump ré-affirme sa première vision des choses, rejetant dos à dos les nervis d’extrême droite et les anti-racistes, ajoutant même qu’un des deux camps (celui des fachos) était venu manifester pacifiquement. La nouvelle intervention du président des Etats-Unis a été aussitôt saluée par un ancien responsable du Ku Klux Klan, David Duke, qui a vanté son « courage » pour avoir mis en cause selon lui « le terrorisme gauchiste » du mouvement Black Lives Matter né en réaction contre les violences policières subies par les Afro-Américains. On voit nettement où vont les préférences du nationaliste raciste Trump. Le gouverneur de l’Etat (la Virginie), le démocrate Terry McAuliffe a condamné en revanche clairement et immédiatement l’attentat, déclarant les suprématistes indésirables : « Nous ne voulons pas de vous ici. « Vous n’êtes pas les bienvenus dans ce grand État. Vous êtes la honte. » Il avait déjà
appelé à ne pas participer à ce rassemblement Unite The Right aux idées « abjectes ».
Même ce catho de droite, qui le 7 juillet dernier a refusé la grâce à William Morva malgré sa soi-disante conviction contre la peine de mort, a fait mieux que la classe politique française dans son ensemble dont on notera sans surprise le silence assourdissant s’agissant de condamner cet acte clairement raciste et attentatoire à la liberté.

La Fédération anarchiste tient a apporter tout son soutien aux victimes et aux familles de cet acte raciste, barbare et rappelle que la lutte contre tous les racismes doit continuer plus que jamais partout dans le monde.
Solidarité anti-raciste internationale !

Télécharger une version PDF de ce communiqué : COMMUNIQUÉ HEATHER HEYER

[FA – Relations Internationales] Liberté pour Rafael Braga

Vous trouverez ci-dessous le communiqué des Relations internationales de la Fédération Anarchiste concernant Rafael Braga.
Plus d’infos ici : https://libertemrafaelbraga.wordpress.com/
Pétition : https://www.change.org/p/ministro-de-justicia-gobierno-de-brasil-libertad-para-rafael-braga?

***********

Le 20 juin 2013, il y a quatre ans, Rafael Braga, un homme noir de 25 ans, qui vivait dans la favela de Vila Cruzeiro à Rio de Janeiro, a été arrêté au moment de la dispersion d’une manifestation, à laquelle il n’a pas pris part, contre la montée du prix des autobus dans la région Centre de Rio. Il a été arrêté avec deux bouteilles en plastique avec le désinfectant « Pinho Sol » et l’eau de javel « Barra » qui ont été montrées par la police ouverte et avec des chiffons.

Rafael a servi de bouc émissaire pour le gouvernement brésilien en réponse aux manifestations en 2013 où il fut le seul condamné. Il a été accusé par la police de porter des cocktails Molotov. Il a été défendu par un avocat commis d’office, et il a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour avoir transporté des objets incendiaires.
Cependant, le rapport de l’escadron anti-bombes de la Policia Civil témoigna que Rafael avait des produits de nettoyage qui avaient d’infimes possibilités de fonctionner comme cocktail Molotov.

Le 1er décembre 2015, il a été libéré de prison et placé en liberté conditionnelle, contrôlé par un bracelet électronique parce que la défense a été assumée par l’Institut des défenseurs des droits humains, qui avait fait appel de la sentence, et Rafael put revenir à la favela avec sa famille à Cascantinha. Le 12 janvier suivant, seulement un mois après, Rafael a été arrêté de nouveau par l’UPP (police militaire) locale qui l’a inculpé grâce au recours à un « kit de flagrant délit », consistant à placer chez lui de la drogue (0,6 g de marijuana et 9,3 g de cocaïne) et, dans ce cas, des fusées de feu d’artifice, qui sont couramment utilisées dans les favelas pour avertir de l’entrée de la police.

Ces « kits de flagrant délit » sont fréquemment utilisés par la police, parce que, selon la loi d’État de Rio de Janeiro, bien qu’il n’y ait pas d’autres preuves incriminantes, la parole de la police est suffisante pour condamner un accusé. Surtout s’il est pauvre, Noir et s’il vit dans une favela. Cette pratique est utilisée pour justifier les morts, les détentions d’innocents et les inculpations Lire la suite

Le nouveau Monde Libertaire 1790

Quoi de mieux pour les vacances que de bonnes lectures ? Et si vous profitiez d’un peu de temps pour lire l’excellent numéro d’été du Monde Libertaire ? En kiosque ou par abonnement ICI !

EDITORIAL – ML n°1790

La Révolution russe est de celles qui marquèrent profondément et durablement les esprits et la politique.

Aujourd’hui, un siècle s’est écoulé depuis que les bolchéviks, sous l’égide de Lénine, lancèrent un vibrant « tout le pouvoir au soviet ! » à la face du Tsar et de l’Europe en guerre.

Cette injonction pleine de promesses laissait augurer un monde meilleur à tout.es celles et ceux qui, dans le monde entier, se trouvaient opprimé.e.s par le capital.

Les anarchistes soutinrent dans un premier temps ce soulèvement et y participèrent activement, espérant que la révolte se propage, en Allemagne et en France… alors même que ces deux puissances faisaient crever leur peuple, dans les tranchées comme à l’arrière.

Lire la suite

A45 : destruction, privatisation et mort

Le Groupe Graine d’Anar apporte son soutien plein et entier à toutes les initiatives qui seront entreprises pour empêcher la mise en place de l’autoroute A45 entre Lyon et Saint-Etienne.

Ce projet, issu de la pensée la plus capitaliste et réactionnaire qui soit, n’est qu’un projet de mort, un de plus ! Celui-ci s’inscrit dans la lignée des aéroports, des lignes à grande vitesses (Lyon – Thurin), des sites d’enfouissement, des centres de vacances sous bulle et autre barrages inutiles !

Les moyens de transport existants, volontairement laissés à l’abandon, suffisent largement. La remise en place de transports collectifs efficients et efficaces, gratuits et ouverts à toutes et tous, serait bien plus urgente qu’une nouvelle autoroute.

Que se cache-t-il derrière l’A45 ? La privatisation une fois de plus de l’espace publique au profit d’un groupe privé qui pourra bétonner,enfermer et s’enrichir à loisir. Mais il parait que c’est bon pour “La Croissance” !
La destruction de milliers d’hectares de terres arables qui sont le socle d’une alimentation de qualité et de proximité. Mais il parait que c’est bon pour “La Croissance” !
L’enlaidissement du paysage, la mutilation des villes et villages, au profit du tout automobile, pour gagner quelques minutes entre Saint-Etienne et Lyon. Mais il parait que c’est bon pour “La Croissance” !
Le rêve de la salariée et du salarié mobile et corvéable, qui pourra faire des heures de bagnole pour aller “vendre sa force de travail”, après avoir payé son obole au groupe qui détiendra l’autoroute. Mais il parait que c’est bon pour “La Croissance” !

C’est pour ces raisons que face à ce projet ,de par son inutilité et ce qu’il porte,  le Groupe Graine d’Anar salue toutes les initiatives qui seront prises.
L’Etat, la Région, les Métropoles étant parties prenantes de ce projet, nous savons bien que la voie légale ne suffira pas à empêcher ce désastre. Nous savons aussi que c’est le rôle de ces institutions, créées pour permettre aux possédants d’être toujours plus riches, qui poussent à cette illégalité. Ce sont leurs choix qui entraînent nos modes de luttes.

Plus que jamais, il nous faut changer et renverser cette société malade. Ne tentons pas de moraliser le capitalisme, coupons lui la tête !

Vive la lutte et l’anarchie !

Graine d’Anar – Juillet 2017

[VIDEO] Soirée rencontre autour de la situation politique au Venezuela 30 juin 2017

Voici le documentaire qui a été diffusé lors de la soirée. Retrouvez plus d’information ici : http://contrapoder.org.ve

Le Groupe Graine d’Anar vous convie à une soirée projection / débat / rencontre avec Esteban, militant anarchiste vénézuélien.

Depuis début avril, le Venezuela est agité par des manifestations quasi quotidiennes contre le gouvernement Maduro. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées (75 au 24 juin 2017), des milliers blessées. Esteban, anarchiste vénézuélien, nous expliquera le contexte de ces manifestations, dans ce pays qui regorge de grosses réserves de pétrole et où pourtant les pénuries font rage. Le tout avec l’autoritarisme du gouvernement qui n’a rien à envier à d’autres régimes.

Une projection aura également lieu (documentaire de 22 minutes) et une caisse de solidarité pour différents projets vénézuéliens sera mise à disposition.

Télécharger l’affiche en JPG : ICI

Télécharger le PDF de l’affiche : Affiche soiree Venezuela-Esteban