[Motion FA] Motion sur le Service national universel

Fichier au format PDF : 2019 Motion SNU

Motion sur le Service national universel

Fédération anarchiste 78éme Congrès (Amiens juin 2019)

NON, le Service national universel ne passera pas !

Dès leur origine, les États se sont construits sur la constitution de forces armées, l’encadrement de leur population et le pillage des peuples environnants.

Depuis 1995, les armées françaises ont été engagées dans 106 OPEX (Opérations extérieures) telles « Serval » au Mali et « Barkhane » au Sahel. Mais il y a aussi les « ennemis de l’intérieur », et les OPINT (Opérations intérieures) habituent les populations à côtoyer régulièrement des soldats armés, par exemple avec « Vigipirate » et « Sentinelle ».

La « fabrique du consentement » de l’État commence par le lavage des jeunes cerveaux : « La culture de défense et de sécurité nationale est inscrite dans le socle commun de connaissances et de compétences que les élèves doivent acquérir pendant leur scolarité à l’école, au collège et au lycée », Ministère de l’Éducation nationale, 2015. Lire la suite

Le nouveau Monde Libertaire 1807

Disponible aussi par correspondance auprès de Publico

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Pas envie de faire cet édito, encore du travail en perspective… S’il n’y avait pas le salaire faramineux que je perçois ainsi que les autres membres du comité de rédaction… Naturellement que je plaisante… Nous sommes pour l’abolition du salariat. Pas du travail… Donc nous continuerons à passer de nombreuses heures à la confection du Monde libertaire car nous jugeons sa parution nécessaire. Le travail devrait se limiter à n’accomplir que les tâches nécessaires. Accroître la fortune d’un patron ou d’un actionnaire, ça n’a rien de nécessaire…

Mais réfléchir, militer, informer, discuter, écouter, voilà de nobles tâches. Il y aura donc toujours des individus têtus pour écrire des livres, des articles que d’autres publieront pour que d’autres les lisent. Et pour que ces réflexions, ces informations soient le plus visibles possible, il faut des lieux repères. La librairie Publico est le lieu repère du Monde libertaire, des Éditions du Monde libertaire, de Radio libertaire. Il va de soi que ce lieu où circulent des réflexions libertaires ne participe pas vraiment à l’idéologie marchande dominante. Publico a donc des soucis de fin de mois, comme beaucoup…

Et s’il n’y avait que ça. Le jeudi 2 mai, un gus a choisi Publico, le lieu repère, Lire la suite

Le nouveau Monde Libertaire 1806

Disponible aussi par correspondance auprès de Publico

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Halte à la publicité mensongère ! La couverture de ce Monde Libertaire laisserait sous-entendre au lecteur amateur de sensations fortes qu’il allait trouver dans ces pages de quoi ricaner sarcastiquement du vieux monde abattu par quelques cocktails Molotov. Que nenni… Relisez le titre « On préfère l’anarchisme ! », théorie politique qui a pour but de créer une société dans laquelle les individus participent librement et à égalité ; donc de créer l’anarchie, c’est-à-dire l’absence de maître, de souverain (dixit Proudhon).

Mais l’imagerie populaire préfère caricaturer : il y a eu les bolchéviques représentés un couteau entre les dents et les anarchistes une bombe à la main. Certes, durant une courte période de l’histoire sociale, vers 1890, des anarchistes ont usé de la bombe. Ils étaient minoritaires et pensaient changer le système. Il y eut des morts, Lire la suite

[Soirée] Qui était Kate Austin ? [AUDIO DISPONIBLE]

Voici le son de la soirée :

Pour le télécharger : clic droit + enregistrer la cible de lien sous ICI

************************************

Présentation par Aurélien Roulland de son livre consacré à Kate Austin, paysanne, anarchiste et féministe.

Suivi d’un débat « Quels liens aujourd’hui entre féminisme, anarchisme et paysannerie ? »

Mardi 19 mars 2019- 19H- au bar Les Clameurs
23 rue d’Aguesseau 69007 Lyon

Entrée Libre 

Qui était Kate Austin (1864-1902) ? Pour la présenter on peut commencer par citer ce que disait d’elle Emma Goldman :

Ses écrits révélaient une penseuse logique, bien informée, à la fibre révolutionnaire, et ses lettres un être sensible et affectueux… Kate, la voix la plus audacieuse, la plus courageuse des femmes d’Amérique ! … Elle aimait la vie, et son âme s’enflammait pour l’opprimé, le souffrant, et le pauvre… Sa mort a été la perte non seulement d’une camarade, mais aussi d’une amie précieuse. Kate n’était pas seulement l’anarchiste, la rebelle, la penseuse, l’écrivaine ; elle était pour moi une mère, une amie vers qui je pouvais aller trouver le repos et la paix lors que j’étais fatiguée et lasse des dures batailles.
Elle était tout pour moi ; comment, alors, puis-je m’asseoir et écrire sur elle ?

Née en 1864 et morte en 1902 à l’âge de 38 ans, cette autrice est bien trop méconnue. Pourtant elle a beaucoup agit, mais aussi écrit dans bien des journaux : Lucifer, The Light-Bearer, The Firebrand, Free Society, Discontent, et le Demonstrator.

Sa pensée est toujours d’une étonnante modernité.

Y’aura un petit grignotage et de quoi boire sur place.

Pour télécharger l’affiche : 20190304 Affiche Soirée Kate Austin

[Dans le ML] Un mieux au travail

Article paru dans le Monde libertaire 1803 de février 2019

Ce numéro du Monde Libertaire sera sans doute l’occasion de croiser des visions autour de la technologie, de la robotique et de l’automatisation. Sans doute des critiques positives et négatives seront mises en avant et permettront de se faire un avis autour de tout cela. Mais je crains qu’une fois de plus, ces articles ne soient pas compris par les principaux concernés de ces avancées : les personnes qui travaillent.

Certes, on le sait, l’augmentation de l’automatisation et des technologies de l’information et de la communication ont diminué le nombre d’emplois disponibles. Mais là, le souci est plus du côté de la répartition du temps de travail et des richesses que de la technologie en elle-même. Par contre, pour celles et ceux qui restent, et pour les nouveaux métiers émergents, l’apport des technologies s’est aussi soldée par des métiers moins usants physiquement. Et ce n’est pas pour rien que beaucoup de salariés voient cela d’un bon œil, même si d’un autre côté, l’accumulation de nouvelles choses à apprendre est parfois très complexe.

Il semble étonnant pour beaucoup de penseurs de ne pas être compris par le monde du travail. C’est justement parce que souvent, l’aspect amélioration des conditions de travail est mis de côté par ces penseurs, au profit d’une « simple » dénonciation des emplois perdus. Ceci peut d’ailleurs devenir étonnant quand une telle assertion est tenue par des anarchistes : nous qui   souhaitons sortir du travail, tuer le salariat, nous nous retrouvons parfois à tenir des propos anti-technologie en lien avec la défense de l’emploi salarié… Comme si un asservissement des humains était préférable à la mécanisation et une utilisation des machines. Lire la suite

Vers un « 5 étoiles » à la française ?

Article paru dans le Monde libertaire numéro 1802

Le mouvement des « Gilets Jaunes » qui agglomère bien des colères et parfois des intérêts antagonistes, est intéressant dans sa capacité à capter les médias et du coup notre attention.

Bien entendu, c’est lié à la violence qui a accompagné celui-ci : que ce soit la violence policière à son encontre aussi bien que les dégradations qui ont été constatées lors de manifestations. Mais on peut noter que ce mouvement est assez spécifique aussi dans son rapport à la mort : alors que dans n’importe quelle autre mouvement la mort d’un militant est un drame, là, deux personnes meurent les premiers jours du mouvement, mais il ne cesse pas, voir ces deux morts sont vues comme des épiphénomènes. C’est assez nouveau pour être souligné, cette volonté de dire « on ira au bout quoique cela coûte » . Ce qui lui confère un côté révolutionnaire, même si ce mot englobe bien trop de choses pour être encore lisible aujourd’hui clairement.

Oui, c’est bien une révolte d’ampleur qui s’est mise en place, qui a pris les ronds-points et les places publiques. C’est bien une colère contre « la vie trop chère » qui anime celles et ceux qui participent ou soutiennent ce mouvement.

« je dois avouer que je reste assez perplexe sur ce mouvement »

Là où l’on peut s’interroger, c’est sur les revendications portées. Elles sont très diverses et hétéroclites. Lire la suite