[Dans le ML] Sauver le bac ? Mon cul !

Février 2018.

(Dans le numéro 1794 du Monde Libertaire)

Je dois avouer que l’appel à sauver le bac dans le numéro 1792 du Monde Libertaire m’a, comment dire, un peu contrarié. Pas que je trouve le texte mauvais, il expose assez clairement une vision classique de la lutte des classes et du travail comme valeur centrale (définition par lui-même, ses codes et conventions et non par l’individu), mais parce qu’il me semble malgré lui prendre le pas d’une des plus grandes fumisteries de l’histoire moderne : l’école de la république serait égalitaire.

L’école n’est pas un lieu d’égalité et ne l’a, de fait, jamais été. Depuis sa création, l’école a pour vocation de permettre l’accès aux besoins nécessaires à une société basée sur un mode de gestion pyramidale. Que ce soit la royauté et/ou le capitalisme, l’accès au savoir y est donné en fonction des besoins et non pour le simple plaisir d’émanciper les foules. Les analyses d’une Louise Michel et d’un Sébastien Faure restent pertinentes aujourd’hui, même si mai 68 est passé par là.

Lire la suite

[Motion FA] Maudite soit la guerre – Motion 77 ème congrès de la FA

Maudite soit la guerre.

Motion du 77 ème Congrès de la Fédération Anarchiste – Châlette-sur-Loing

Les conflits militaires à travers le monde, les tensions régionales, les menaces et agressions (notamment nucléaires, chimiques…) restent le mode privilégié des relations entre les États ; le tout au profit des lobbys militaro-industriels.

Les peuples subissent ces violences et sont les jouets macabres des stratégies militaires et politiques : tueries, viols, enlèvements, séquestrations, humiliations et destructions systématiques des infrastructures civiles (eau, hôpitaux, écoles…). Les populations sont déplacées, maltraitées, prises en otage et réprimées dans toutes leurs tentatives de rébellions et de résistances.

Tous les États sont assassins. Hier, la France en Algérie ou le génocide au Rwanda. Aujourd’hui, citons l’Arabie Saoudite bombardant les populations Yéménites, la Birmanie (Myanmar) persécutant les Rohingyas, l’État Israélien tirant sur des populations Palestiniennes désarmées, l’État Syrien massacrant tout azimut sans oublier les États criminels d’Afrique et d’Amérique Latine… et demain ? Y compris tous les États producteurs d’armes, dont la France, exportant les guerres là où se situent leurs intérêts.

De plus, à l’échelle locale, la militarisation de notre quotidien se traduit par l’accoutumance à une présence militaire et policière permanente. Cet état de fait se caractérise par l’intensification de la répression de toute contestation et l’entrée dans la Loi des mesures d’État d’urgence. On retrouve même aujourd’hui en France certains politiciens (Le Pen, Macron, Mélenchon, …) souhaitant un retour au service militaire. Jusqu’aux États-Unis d’Amérique, entre autres, où l’armement des civils les amène à s’entre-tuer.

Lire la suite

[Motion FA] Ça gronde ! – Motion 77 ème congrès de la FA

Ca gronde !

La Fédération Anarchiste réunie en son 77ème Congrès à Châlette-sur-Loing a débattu de la situation politique et sociale et des enjeux actuels de la lutte des classes.

Le projet macroniste d’« entreprise France » n’a toujours pas coulé. Le gouvernement continue sans relâche son offensive antisociale :

– Abandon des services publics, restrictions budgétaires, par exemple dans les hôpitaux publics, qui permettent au secteur marchand de s’installer durablement et renforcent les inégalités entre les territoires et entre les individus ;

– Privatisation de structures publiques (SNCF, Aéroport de Paris, routes de France, barrages hydro-électriques, etc.) avec dégradation programmée des conditions de travail et de la qualité du service

– Étatisation de la formation professionnelle (France Compétences qui se substitue au paritarisme), étatisation de la sécurité sociale et de Pôle Emploi en vue de leur privatisation ultérieure

– Sélection accrue au niveau des lycées et des universités favorisant l’élitisme et la concurrence.

Lire la suite

Le nouveau Monde Libertaire 1795

Disponible aussi par correspondance auprès de Publico

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Bonne lecture !

Edito :

On dit Mai 68 comme on dit la Guerre de 14.

Mai 2018, en revanche, n’est pas… ou pas encore ?… une date emblématique. Mais est-ce pour autant pour nous, anarchistes, une simple date-anniversaire ?

Non, car le Cinquantenaire fait l’objet d’une campagne nationale de la Fédération Anarchiste. Pourquoi ? Et pour quoi faire ?

Lire la suite

[Dans le ML] Valse en #

(Texte issu du Monde Libertaire numéro 1793. Abonnez vous !)

Février 2018

La période que nous venons de traverser est intéressante. La parole se libère sur les réseaux sociaux du fait du # (hashtag en anglais, mot dièse en langue de JoeyStarr) #balancetonporc ou avec le un peu plus policé et pas réellement identique #metoo (moi aussi). Nous le voyons, le retentissement médiatique est important. Sans doute pour plusieurs raisons.

D’abord parce que cela fait le « buzz » comme on dit. Nous le voyons bien, la télévision suit aujourd’hui les tendances du net. Pas un seul journal sans son espace « réseaux sociaux ». Pour le meilleur (comme dans le cas de la parole des femmes qui se libère) que pour le pire (comme avec les vidéos lol cats – chats marrants – les plus partagées). La vague #balancetonporc-#metoo ouvrant enfin les vannes d’une parole trop longtemps enfermées ou négligées et permettant de mettre en avant enfin le besoin continue de féminisme dans notre société, ne pouvait qu’intéresser les médias de masse. Pensez donc : #metoo se retrouve en tête des partages sur Twitter (nouveau baromètre de la lutte dans le monde) et de Facebook (nouveau lieu de la revendication dans le monde). Et puis il y a le scandale et le scandale fait vendre : mettre en Une la tête de quelques ordures ne peut qu’être positif pour l’audience. Du coup, ces médias de masse deviennent des alliés de circonstance de cette vague, mais sans doute pas pour les raisons militantes que nous pourrions espérer ou leur prêter.

Ensuite, c’est aussi le propre des réseaux sociaux. Comme ils fonctionnent à coup de « moments hauts », autrement dit de buzz, ce genre de moments de révélations intenses rapportent énormément à tous ces réseaux. Ce sont avant tout des réseaux commerciaux ayant pour ressources l’audience des personnes qui les consultent et les utilisent, et les données personnelles de ces dernières. Chaque conflit dans le monde est une aubaine pour Facebook, Twitter et autres dans cette société où l’indignation permanente (« merci » monsieur Hessel) a remplacé l’engagement. S’indigner ne coûte pas très cher : nous lisons ou regardons une vidéo, nous sommes choqués, nous partageons pour dire de faire quelque chose, et la dopamine dans notre cerveau lance un énorme sentiment de satisfaction, alors qu’au fond nous n’avons pas fait grand-chose.

Lire la suite