[Communiqué FA] 8 mars, et après ?

8 mars, et après ?

Le 06 mars 2020

La plupart des groupes et individuel.le.s de la Fédération Anarchiste vont participer aux 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des Femmes. Même si le Capital et les réactionnaires, souvent de paire d’ailleurs, tentent de faire de cette journée une sorte de « journée de la femme », jour où il faudrait se comporter avec les personnes se reconnaissant dans le genre féminin comme vis à vis de bébés renards, avant de leur arracher la peau à vif quelques jours plus tard pour faire un manteau.

Car c’est bien là tout le problème : une journée sur une année ne sera jamais suffisante ! Le combat contre le sexisme, le patriarcat et en fait les positions de pouvoir ne peut pas se résumer à une journée de lutte, fut-elle bien préparée. C’est un combat de longue haleine qui doit être mené, sans faiblir, sans renoncement et sans illusion aussi quant à sa durée. Oui on avance mais clairement pas assez vite.

Nous ne ferons pas dans ce communiqué une litanie de chiffres des violences subies, ils sont aujourd’hui connus. La parole des Femmes dans le monde se libère, et c’est une très bonne chose. Même s’il ne faut pas sous estimer que souvent, cette parole libérée l’est dans les couches de la société la plus aisée, laissant encore dans l’ombre les plus démunies. Mais cela ne suffira pas, et nous le savons. Dire n’est pas agir. Compatir n’est pas changer.

Il va falloir s’attaquer à tout ce qui oppresse les Femmes, à tout ce qui tend dans notre société à rendre central le genre masculin. Familles, États, Religions, Éducations, Salariats, Cultures, Traditions, Représentations, Injonctions… Etc… Etc…

Nous, membres de la Fédération Anarchiste, savons qu’un simple aménagement de la société actuelle ne suffira pas, que si l’égalité est à viser, elle ne passera pas par la simple féminisation de l’existant mais bien par la destruction des carcans pour construire une nouvelle société.

Alors le 8 mars, agissons ! Mais après, continuons !

Ni Dieu, ni maître, ni mari, ni patron !

Relations extérieures de la Fédération Anarchiste

PDF : 20200306 Comuniqué FA 8 mars et apres

[Communiqué FA] Contre la reconnaissance faciale policière !

Contre la reconnaissance faciale policière !

Le 11 février 2020

La reconnaissance faciale est le nouvel outil dégainé par les États et les intérêts qu’ils défendent pour le maintien de l’ordre. Son utilisation a été facilitée par l’explosion des caméras de vidéo-surveillance dans le monde, l’augmentation de la puissance des ordinateurs qui ont à traiter ces données mais aussi des réseaux de communication, des Internets. Les visages « suspects » et les comportements « suspects » seraient ainsi détectés par des algorithmes !

Que la Chine, dictature militaro-communiste, soit une des premières nations à la mettre en avant, pour appuyer son programme de « notation des citoyens », ne nous surprend malheureusement pas. Mais qu’elle soit aujourd’hui présentée comme un outil incontournable et nécessaire par le « pays des droits de l’Homme », autrement dit la France, a de quoi nous glacer le sang quant à l’appel à la soumission de toutes et tous au sécuritaire dans le monde. Les arguments spécieux sont toujours les mêmes : sécurité, antiterrorisme, anti-incivilités. Comme si la seule réponse viable à tout cela était toujours plus de répression et de moyens de contrôles !

Aujourd’hui, la Fédération Anarchiste, aux côtés de beaucoup d’autres organisations et associations, appelle à rejeter cette technologie orwellienne. Intrusive pour la vie privée, portant atteinte à nos libertés, nous ne pouvons accepter cela, ni le laisser faire. Partout dans le monde, nous appelons à lutter contre l’installation des moyens de mise en place de la vidéo-reconnaissance sécuritaire.

La Fédération Anarchiste est par ailleurs signataire de la lettre commune, proposée par la Quadrature du Net, « Interdisez la reconnaissance faciale sécuritaire » (1)

Ce combat contre une société qui abandonne sa liberté et ses principes au nom de la sécurité ne fait que commencer. Mais il doit être mené avec conviction et force.

Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

(1) https://www.laquadrature.net/2020/01/28/un-refus-unanime-de-la-reconnaissance-faciale-securitaire-appel-aux-candidat%c2%b7es-aux-municipales-a-sopposer-a-la-reconnaissance-faciale/

On ne va quand même pas arrêter maintenant ?

Le mouvement contre la casse des retraites n’est pas terminé ! Il ne tient qu’à nous de l’emplifier et de le rendre victorieux !

Sur Lyon, venez nombreuses et nombreux à la marche au flambeaux qui se tiendra le 05 février 2020 à 17h00 place Maréchal-Lyautey (métro Foch) en direction de la place Bellecour !

Et le lendemain, 06 février 2020 à 11h30 manifestation depuis la manufacture des tabacs (métro Sans Souci) en direction de la place Bellecour !

Et bien d’autres choses se passent autour de vous !

Ne lâchons rien tant que la vitoire n’est pas assurée !

 

Ne rien lâcher ! Manifestons ! Grèvons ! Bloquons !

Malgré la période des fêtes de fin d’année et de vacances, la détermination pour lutter contre la casse des retraites reste forte !

L’intersyndciale appelle, et c’est une première intéressante, à trois jours de grève et de lutte du 09 au 11 janvier 2020 ! Et nous en serons en tant qu’anarchistes !

Pour les lyonnais, rendez vous est donné dès jeudi 09 janvier 2020 à 11h30 pour une manifestation au départ de la Manufacture des Tabacs (métro Sans Souci). Pour les caladois, rendez vous place de la Libération à Villefranche-sur-Saône à 16h00.

Ensuite le vendredi 10 janvier 11h00 Métro Mermoz en direction du Medef pour Lyon

Et encore le samedi 11 janvier 14h00 Place Lyautey en direction de Bellecour pour Lyon

Et pour la suite … construisons là et soyons inventifs !

Groupe Graine d’anar – Membre de la Fédération Anarchiste

Vieillir en anarchie

Il y a quelque mois, le groupe Graine d’Anar ouvrait une discussion : quel regard porter sur le vieillissement dans une société anarchiste ? La définition de la vieillesse, l’organisation sociale qu’elle implique, la mise en place individuelle et collective de l’autonomie à tous les âges de la vie sont des questions hautement politiques que les mouvements anarchistes ne peuvent manquer de poser. Deux réunions ont été organisées afin de nourrir la réflexion. Un après-midi public de débats, auquel étaient conviées Delphine, aide-soignante dans un EHPAD, Jacqueline, membre de la communauté des Babayagas de Montreuil et Suzanne Weber, autrice de Avec le temps, publié aux Éditions Libertaires en 2005. Puis un CFA* consacré au vieillissement et à l’autonomie. Aux vues de l’extrême richesse de ces journées de réflexion, nous souhaitions présenter de manière concise et articulée les analyses élaborées collectivement. La perspective anarchiste permet de mieux comprendre la façon dont nous définissons l’avancée en âge, dont nous la valorisons ou non, dont nous l’appréhendons et dont nous nous organisons.

Qu’est-ce que la vieillesse ?

Lire la suite