[Communiqué FA] Journée mondiale « des réfugié.e.s » 2020 : pour ne plus nier !

Journée mondiale « des réfugié.e.s » 2020 : pour ne plus nier !

19 juin 2020

Samedi 20 juin est une nouvelle journée de mobilisation en solidarité avec les réfugié.e.s.*

Des rassemblements, des manifestations auront lieu en soutien et pour exiger la fin de la haine contre les réfugié.e.s.

Le Haut-Commissariat aux Réfugié.e.s de l’ONU (HCR) nous rappelle que 79,5 millions de personnes sont déplacées de force dans le monde. Ce chiffre, nous le savons, est minoré car des pays ne donnent pas le nombre de déraciné.e.s en leur sein, comme la Chine par exemple.

Plus des deux tiers des réfugié.e.s sont originaires de Syrie, du Venezuela, d’Afghanistan, du Soudan du Sud et du Myanmar. Des pays rongés par la misère, la guerre, la haine. Des pays souvent théâtres des guerres déportées entre grandes puissances (USA, Europe, Russie, Chine).

Le changement climatique, qui n’existe toujours pas pour certains et certaines, amène au déplacement contraint de populations. Rien que cette année, c’est plusieurs millions de personnes qui ont été directement impactées par la sécheresse, la montée des eaux ou les pluies diluviennes.

Lire la suite

[Communiqué FA] Tuons le racisme et ses causes !

Le PDF est ici : 20200617 Tuons le racisme et ses causes

Tuons le racisme et ses causes !

17 juin 2020

Les marches et manifestations contre les violences policières et le racisme, partout dans le monde, sont une excellente nouvelle pour nous, anarchistes. Nous y prenons notre part, et nous serons toujours aux côtés des luttes qui ouvrent la voie à des individu.e.s toujours plus libres et un monde débarrassé des horreurs du passé.

Nous ne pouvons qu’apprécier de voir pointées du doigt les forces de police, pilier répressif des États.

La police française ne fait pas exception : elle a toujours suivi les ordres, de Vichy en passant par le massacre de Charonne, des arrestations au faciès aux expulsions des réfugié.e.s, de la répression aveugle au harcèlement de certaines populations. La police, loin de « protéger les citoyens », comme le prétend un mythe républicain et étatique malheureusement trop répandu, a une seule fonction essentielle : protéger l’État, les institutions, la marchandise, la valeur, le capitalisme.

La récente infiltration de l’extrême-droite dans les rangs de la police ou des « mauvais donneurs d’ordre » sont des raisons très clairement insuffisantes pour expliquer la brutalité de la police. Qu’importe sa couleur politique ou la nature du régime qu’elle soutient, la police est, structurellement et historiquement, l’outil principal de la haine et de la violence étatique ; en quelques mots : le bras armé de l’État, garant et protecteur d’un ordre social, économique et politique profondément autoritaire et inégalitaire.

Lire la suite

[Communiqué FA] La police a encore tué, cette fois aux Etats-Unis

Le meurtre policier perpétré contre Georges Floyd le 25 mai 2020 est une illustration terrible des actions de la police de par le monde. Le permis de tuer entre leurs mains est régulièrement mis en pratique contre les plus pauvres, les plus stigmatisés.


Mais les choses changent : aujourd’hui, les populations peuvent filmer, et même en direct ces horreurs. C’est d’ailleurs le cas de la mort de Geoges Floyd qui entraîne du coup un soulèvement énorme aux USA. N’arrêtons pas de filmer, de documenter et de dénoncer les exactions de la police !

Il est important de rappeler que la police se sert des même « techniques » en France et que de nombreuses personnes sont décédé.es suite à des contrôles durant le confinement et avant.

Lire la suite

[Communiqué FA] Libertés d’aimer, d’être et de jouir : on ne négocie pas!

16 mai 2020

Le 17 mai est la journée internationale de lutte contre les LGBT+phobies. En cette période particulière, nous ne pouvons que nous porter aux côtés de celles et ceux concerné.E.s par ces haines qui gâchent la liberté et la vie de bien trop de monde.

Avec la période de l’épidémie mondiale de la COVID19, nombre de pays, dont la France, ont confiné leurs populations pour mieux les protéger. Si la protection contre le virus a été efficace, cet enfermement « en famille » a été une période de calvaire immense pour bien des personnes Lesbiennes, Homosexuelles, Bisexuelles, Trans ou Queer. Souvent niées, c’est pourtant bien au sein des familles que les pires choses se produisent. Violences, humiliations, meurtres. En France comme ailleurs.

Difficile pour celles et ceux qui se « cachaient pour mieux  vivre » de devoir affronter une présence malsaine sur les épaule 24 heures sur 24. Combien « d’outing » forcés qui ont entraîné le pire ? Combien de violences ?

Pour les personnes Trans, c’est souvent la double peine : celle de devoir cohabiter avec des ennemis, mais en prime de voir l’accès aux traitements de transition rendu plus difficile. Lire la suite

Réapproprions-nous le 1er Mai !

Vous trouverez ici la version PDF du texte du groupe Graine d’anar écrit pour le premier mai 2020  : 20200501 Tract 1er mai 2020

Un 1er mai confiné…

Un 1er mai où nous ne sommes pas dans la rue… Nous manquons les chants, les merguez et la mauvaise musique de sono, mais ce que nous perdons surtout aujourd’hui c’est l’occasion de manifester dans les rues, sous les fenêtres, les raisons actuelles et historiques de s’élever contre le travail et le capital qui le porte. Nul doute que les médias et la presse, eux, soumis qu’ils sont aux directives de l’État et du patronat, seront opérationnels pour relayer le discours des premiers de cordée sur la « traditionnelle fête du travail ». Pourtant le 1er mai n’est pas la fête du muguet ; le 1er mai est et restera la journée internationale de luttes des travailleurs et des travailleuses, des exploités.

Une fête, le 1er mai ?

Certainement pas. Pour nous, anarchistes, il s’agit avant tout d’une journée de commémoration, de deuil. Nos drapeaux noirs portent la souffrance fondatrice des syndicalistes arrêtés arbitrairement, à la fin d’une manifestation pour la journée de huit heures ayant été fortement réprimée par la police, sur Haymarket Square, à Chicago, en 1886. Condamnés à mort pour l’exemple, pour un attentat qu’ils n’ont pas commis (à savoir l’explosion d’une bombe artisanale au milieu de policiers en faction), quatre d’entre eux – Parsons, Engel, Spies et Fischer – sont pendus, tandis qu’un dernier – Lingg – se suicide dans sa cellule. Sans leur rendre aucun culte, nous les considérons comme des symboles du combat contre le salariat, et nous souhaitons par conséquent honorer leur héritage en faisant de ce jour un moteur des luttes sociales, de l’auto-organisation des opprimés et des alternatives révolutionnaires.

La journée des travailleurs et des travailleuses

L’an dernier, à la même date, Emmanuel Marcon s’exprimait en ces termes : « Le 1er mai est la fête de toutes celles et ceux qui aiment le travail, le chérissent, parce qu’ils produisent, parce qu’ils forment, parce qu’ils savent que par le travail nous construisons l’avenir. Merci de porter ces valeurs et d’œuvrer chaque jour pour notre nation. » Non ! Le 1er mai n’est pas le jour de celles et ceux qui aiment le travail et le salariat, qui défendent la nation. En félicitant « ceux qui aiment le travail, le chérissent », le chef de l’État s’engage dans le sillage de Pétain qui, en 1941, avait rebaptisé le 1er mai « Fête du Travail et de la Concorde sociale », avec pour unique objectif d’occulter les antagonismes de classes. Hier, comme aujourd’hui, ne laissons personne se réapproprier nos luttes. Ce n’est pas parce que nous sommes confinés que nous ne ferons pas entendre nos voix.

Gestion étatique de la pandémie

La situation sanitaire mondiale exceptionnelle que nous traversons, et la façon dont elle est gérée par les gouvernants de tous les pays, ne font qu’accentuer les raisons de lutter. Le virus du covid-19 amplifie les travers, les dominations, les oppressions, contre lesquelles nous n’avons de cesse de nous élever. La pandémie et sa gestion accentuent les inégalités au point qu’elles deviennent visibles même à celles et ceux qui n’exercent pas d’habitude un regard critique sur la société.

Lire la suite

[Communiqué FA] Sanitaire ou pas, non à l’état d’urgence !

Sanitaire ou pas, non à l’état d’urgence !

19 mars 2020

Comme toujours, c’est en période de crise, de guerre, de violence ou de pandémie que se révèle le fondement autoritaire des États. Et celui dirigé par Emmanuel Macron ne fait pas exception.

C’est au moment où la population est sous pression et tente de respecter au mieux les demandes des épidémiologistes pour freiner la progression du coronavirus que le gouvernement français décide de soumettre le pays à un nouvel « état d’urgence ». L’objectif est limpide et avoué : donner plus de pouvoir à l’Exécutif !

Alors qu’il est incapable de venir en aide aux sans-logis, alors qu’il maltraite les personnes enfermées dans les prisons et les CRA (1), alors qu’il refuse de donner des moyens pour la santé il faudrait octroyer plus de pouvoir à l’État français ? Au fond ce besoin d’autorité n’a-t-il pas pour but de nous imposer de ne pas combattre la machine capitaliste ? Travaille, consomme, confine ? Lire la suite

[Communiqué FA] L’entraide n’est pas un vain mot

17 mars 2020

Les annonces de confinement faites hier soir par le président français sont utiles, et nous ne le nierons pas. Au contraire, nous, organisés au sein de la Fédération Anarchiste, savons qu’une des valeurs les plus importantes est l’entraide. L’entraide qui signifie aussi de prendre soin des plus affaiblis et fragiles de notre société. Il n’y a pas de réelle liberté sans prise en compte des autres.

Nous ne pouvons que rejeter l’idée que seules la police et l’armée seraient aujourd’hui la solution au respect des consignes face à cette pandémie. Si, depuis des semaines, le gouvernement français n’avait pas minimisé les choses, n’avait pas refusé de prendre en compte l’alerte des soignantes, soignants et des scientifiques, nous aurions pu avoir une prise de conscience collective forte dès le début de l’épidémie. La plus belle pantalonnade étant le maintien des élections. Mais comme toujours le business est passé avant l’humain dans la tête de l’État, préoccupé avant tout par la protection des possédants.

Lire la suite

[Communiqué FA] Contre la reconnaissance faciale policière !

Contre la reconnaissance faciale policière !

Le 11 février 2020

La reconnaissance faciale est le nouvel outil dégainé par les États et les intérêts qu’ils défendent pour le maintien de l’ordre. Son utilisation a été facilitée par l’explosion des caméras de vidéo-surveillance dans le monde, l’augmentation de la puissance des ordinateurs qui ont à traiter ces données mais aussi des réseaux de communication, des Internets. Les visages « suspects » et les comportements « suspects » seraient ainsi détectés par des algorithmes !

Que la Chine, dictature militaro-communiste, soit une des premières nations à la mettre en avant, pour appuyer son programme de « notation des citoyens », ne nous surprend malheureusement pas. Mais qu’elle soit aujourd’hui présentée comme un outil incontournable et nécessaire par le « pays des droits de l’Homme », autrement dit la France, a de quoi nous glacer le sang quant à l’appel à la soumission de toutes et tous au sécuritaire dans le monde. Les arguments spécieux sont toujours les mêmes : sécurité, antiterrorisme, anti-incivilités. Comme si la seule réponse viable à tout cela était toujours plus de répression et de moyens de contrôles !

Aujourd’hui, la Fédération Anarchiste, aux côtés de beaucoup d’autres organisations et associations, appelle à rejeter cette technologie orwellienne. Intrusive pour la vie privée, portant atteinte à nos libertés, nous ne pouvons accepter cela, ni le laisser faire. Partout dans le monde, nous appelons à lutter contre l’installation des moyens de mise en place de la vidéo-reconnaissance sécuritaire.

La Fédération Anarchiste est par ailleurs signataire de la lettre commune, proposée par la Quadrature du Net, « Interdisez la reconnaissance faciale sécuritaire » (1)

Ce combat contre une société qui abandonne sa liberté et ses principes au nom de la sécurité ne fait que commencer. Mais il doit être mené avec conviction et force.

Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

(1) https://www.laquadrature.net/2020/01/28/un-refus-unanime-de-la-reconnaissance-faciale-securitaire-appel-aux-candidat%c2%b7es-aux-municipales-a-sopposer-a-la-reconnaissance-faciale/

LE MONDE LIBERTAIRE N°1811

Disponible aussi par correspondance auprès de Publico

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Le futur au conditionnel

Bonjour à tou.te.s nos lectrices et lecteurs,

A l’heure d’extinction rébellion, de la convention pour le climat, des marches pour le climat, des rapports d’expertise du GIEC, des prises de positions des médias, des intellectuels, des adolescents et des personnalités publiques, le réchauffement est omniprésent. La question climatique s’invite en effet, ou plutôt s’impose, au vu de sa gravité, dans tous les débats. Il est difficile de s’en étonner au vu de l’infinie diversité des enjeux : consommation individuelle, modes de transports, alimentation, modes de productions, science et technologie, tout cela renvoie plus généralement au fait que l’entièreté de notre société a été pensée sur le mode de la production et de la domination de l’homme sur la nature (comme continuation de la domination inter­individuelle comme l’a justement souligné Murray Bookchin).

De ce fait les discours essaiment. Collapsologie et théories de l’effondrement, écologie profonde, écologie radicale, capitalisme vert, communalisme libertaire, tous ces discours envahissent l’espace public (certains plus que d’autres), et l’écologie devient peut­-être LE problème politique de notre époque. Nous ne pouvons que nous en réjouir. Mais dans cette multiplication de discours sur l’écologie transparaissent les différents discours sociaux, véhiculant tour à tour les appels à l’autoritarisme, les positions eschatologiques, les mythes d’une nature personnifiée, les défenses d’une société capitaliste, le retour aux communes. Il y a donc autant de discours écologistes que de positions politiques. Si l’écologie est un champ de bataille il apparaît alors qu’il est tout aussi important de tirer les bonnes conséquences du diagnostic climatique (désormais indiscuté scientifiquement – si ce n’est par quelques personnes isolées), que de critiquer les mauvaises solutions qui sont apportées. Comment faire entendre alors les positions anarchistes, et peut­on faire émerger une position anarchiste fédérant les militants et sympathisants, et à même d’entraîner les climato­-actifs.

Ce numéro, on s’en doute, n’apporte pas de réponse unique ou définitive à ces questions, mais, nous l’espérons, fertilise un débat qu’il est urgent d’entreprendre, en déplaçant le regard ­ parfois derrière les miroirs ­ et en interrogeant aussi bien nos pratiques individuelles que nos pratiques sociales et collectives.

Bien sûr dans ce numéro vous trouverez également de quoi nourrir vos autres intérêts : lutte contre le féminicide, histoire de l’anarchisme, critique des élections, nouvelles internationales, mutuellisme, comptes­-rendus de lecture. Si le ML a fait peau­-neuve (vous remarquerez les modifications dans la mise en page et l’impression !), le contenu demeure.

Bonne lecture

 

 

[Communiqué FA] Ce qui se prépare en Grèce nous inquiète au plus haut point.

Format PDF à diffuser : 20190721 Communiqué Grèce

Nous sommes inquiets pour nos camarades grecs.
Nous sommes inquiets à la pensée que le nouveau premier ministre Kyriakos Mitsotakis ait décidé d’inaugurer son mandat en frappant un grand coup contre les « anarchistes » et les « cagoulés ».
Nous sommes inquiets de tous ces policiers présents aux alentours du quartier rebelle et solidaire d’Exarcheia.
Nous sommes inquiets de tous ces préparatifs guerriers.
Nous sommes inquiets de toutes ces déclarations haineuses de policiers prêts à prendre d’assaut Exarcheia pour s’affronter aux « anarchistes de merde et fils de pute ».
Nous sommes inquiets de la refondation de l’équipe Delta, des voltigeurs très violents pour la plupart issus de l’extrême-droite la plus dangereuse.
Nous sommes inquiets de la présence de chemises noires néonazies impatientes de faire mal, de se venger de la chute d’Aube Dorée et de casser tout simplement du gauchiste, du migrant, de l’anarchiste, parmi les nombreux policiers qui vont venir
attaquer, frapper, arrêter dans le labyrinthe du quartier et dans ses zones d’ombres.

Nous savons nos camarades grecs déterminés à se défendre jusqu’au bout, ainsi que les migrants qui vivent et s’organisent à leurs côtés.

Lire la suite