Nice, de l’émotion à la récupération 

Nous ne pouvons qu’être aux côtés de ceux qui souffrent aujourd’hui de l’acte immonde qui a eu lieu le 14 juillet au soir sur la promenade des anglais. Notre soutien va à ceux qui font aujourd’hui le deuil de proches mais aussi aux nombreuses et nombreux blessés.
Simplement, nous ne pouvons nous taire face à la déferlante de récupérations politiciennes de cet événement. D’une envie d’encore plus restreindre nos libertés, en passant l’envie de voir la guerre s’installer dans nos rues avec des lance-roquettes, de la haine des autres comme réponse facile, de la petitesse des calculs d’apothicaires pour démontrer que « l’on fait quelque chose », rien ne nous est épargné. Sans parler de l’idée surréaliste d’aller encore intensifier la guerre menée en notre nom « contre le terrorisme ».
Que des haineux décident de faire le plus de victimes possibles dans des carnages pour leur idéologie, c’est déjà horrible en soi. Mais que des charognards se ruent sur les cadavres pour leur petites carrières personnelles, cela démontre une fois de plus le cynisme de ceux qui souhaitent nous gouverner.
Que meurent les états, les religions et tout ce qui asservi les humains. Que chacun.e prenne son destin en main sans peur, sans dieu sur la tête et sans soif de pouvoir. Et que vive l’anarchie !
Groupe Graine d’Anar – Lyon

NI ETAT, NI FRONTIERE : TOUT CE QUI EST HUMAIN EST NOTRE

Motion adoptée lors du 74ème congrès de la Fédération Anarchiste.

74E CONGRES DE LA FEDERATION ANARCHISTE

NI ETAT, NI FRONTIERE : TOUT CE QUI EST HUMAIN EST NOTRE

Aujourd’hui encore, des hommes et des femmes sont persécutés pour le simple fait qu’ils ont franchi les frontières.

Non seulement on leur refuse ce qu’on permet aux capitaux et aux marchandises, mais on le fait de façon ignoble.

Ils et elles sont chassé.es, stigmatisé.es, criminalisé.es, fiché.es, battu.es par les forces de police, rejeté.es par les institutions, accusé.es de terrorisme par des individus toujours ravis de trouver un prétexte pour maquiller leur racisme, et parfois reconduit.es à la mort sans scrupules par les gouvernements.

Nous accusons l’État de traiter ces personnes avec la dernière des cruautés, en les condamnant à la misère. Nous accusons l’État de mettre leur vie en danger.

Nous accusons en particulier l’État français, par la proclamation de l’état d’urgence, par l’entretien de confusions nauséabondes autrefois réservées à l’extrême droite, par une ré- pression de plus en plus violente, de confirmer au grand jour les options racistes qui forgent l’idée de nation.

Nous accusons l’État d’organiser ce racisme, en créant la confusion entre migrants et terroristes djihadistes, et de l’instrumentaliser pour légitimer ses guerres impérialistes mais aussi sa politique discriminatoire en France à l’encontre des personnes supposé- ment ou réellement musulmanes.

Nous accusons aussi tous les complices de ce racisme, qu’ils agissent par haine véritable, par compromission égoïste ou encore par lâcheté, soumis aux ordres iniques qu’on leur donne.

La FA tient à réaffirmer de façon claire et définitive son soutien inconditionnel aux migrant.es.

En dehors des actions de terrain que nous organisons ou auxquelles nous participons, nous informons toutes les personnes qui ont le courage de s’élever contre cette cruauté cynique que nous mettons à leur disposition notre force militante, c’est à dire nos outils (journaux, radio), nos locaux, nos capacités d’accueil de personnes, et que nous sommes prêts à appuyer toute initiative de lutte aux côtés de tout.es les migrant.es.

Rennes, le 15 mai 2016

FA

Cortège libertaire et révolutionnaire pour le 1er mai!

Manifestation du 1er Mai à Lyon, cortège libertaire et révolutionnaire
avec AL, CGA et FA. Rendez-vous à 10H30 à Place Jean Macé (7ème)

Affiche 1er mai 2016

Alors que la crise n’a jamais frappé aussi durement les travailleur-se-s, avec ou sans emploi, en formation ou en retraite, la loi des patrons continue de s’imposer violemment. Quelle que soit la couleur politique du gouvernement, les responsables de la crise, soutenus par l’État, continuent de s’enrichir, tandis que les groupes d’extrême-droite paradent dans les rues, ou prennent des municipalités !

Partout en Europe, les actionnaires se gavent, les exploité-e-s paient avec la bénédiction des États et des médias qui répètent à qui veut l’entendre que l’austérité nous guidera vers des lendemains meilleurs. Les pays du Sud de l’Europe (Espagne, Grèce, Portugal, Italie) font durement l’expérience de la violence de ce système capitaliste.
Qu’on prenne garde, la France y arrive aussi, sous la direction d’un gouvernement « socialiste » !

  • Grâce à la casse du droit du travail, les actionnaires vont pouvoir licencier à tout va !
  • Grâce aux baisses des prestations sociales, le gouvernement va pouvoir financer ses cadeaux sous forme d’exonérations de cotisations patronales.
    C’est le renforcement de l’exploitation salariale, du vol des fruits de notre travail par les actionnaires et les patrons !

Avec la « Loi Travail » pondue par la Ministre El Komri, les salarié-e-s vont perdre beaucoup :

  • semaine pouvant aller jusqu’à 46h avec des heures sup’ moins rémunérées
  • inversion de la hiérarchie des normes (l’accord d’entreprise prime sur les dispositions du code du travail)
  • facilité de licenciement sans réels motifs économiques
    Nous ne voulons pas être précarisé-e-s à vie !

L’État au service du patronat

L’État est l’arme des classes dominantes pour protéger leurs intérêts.
Son rôle premier est donc de garantir la stabilité de l’ordre et des rapports sociaux au sein de la société capitaliste. Il préserve ainsi ses deux piliers centraux, la propriété privée et l’exploitation des êtres humains, par la répression de toutEs celles et ceux qui se révoltent grâce à la police, la justice voire l’armée.

La répression lors des mobilisations contre la loi travail a atteint ces derniers temps des sommets, à l’égard des étudiant-e-s, des lycéen-ne-s, des militant-e-s syndicalistes. L’exemple du lycée Doisneau à Vaulx en Velin avec 25 arrestations lors des blocus n’a qu’un seul but, celui d’empêcher l’expression des quartiers populaires dans la grande cité lyonnaise, et de tenter de dissuader les jeunes de toute tentative d’expression de conscience de classe. Les comparutions immédiates pleuvent, et les sanctions sont extrêmement sévères.

Pour prévenir une révolte populaire d’ampleur, l’État utilise la bonne vieille recette du « diviser pour mieux régner ». Les mouvements fascistes jouent le rôle d’aiguillon dans cette stratégie en détournant la colère populaire de l’action collective contre la bourgeoisie, par la désignation de boucs émissaires : immigréEs, musulmanEs, juifs/ves, Roms, Lesbiennes, Gays, Bi et Trans…
Par la guerre du « tous contre tous » et la défense de l’ordre inégalitaire dans toutes ses dimensions, ils cherchent à éviter une convergence révolutionnaire des luttes autour de l’exigence de l’égalité économique et sociale !
Toutes les conquêtes sociales, tous les éléments d’intérêt collectif (sécurité sociale, services publics,…) ont été imposées par la lutte, jamais par les urnes. Dès que le rapport de force en faveur des travailleuses et des travailleurs a reculé, l’État, qui se servait de ces conquêtes sociales pour légitimer son rôle, n’a eu de cesse de les détruire par le biais des privatisations et des cadeaux à la bourgeoisie.

Ce n’est donc pas de la conquête électorale de l’État dont les oppriméEs ont besoin, mais bien d’une lutte pied à pied contre le capitalisme dans sa globalité économique et politique, en fédérant les luttes, qui bien que nombreuses à ce jour, restent trop isolées !

Notre projet :

Le Capitalisme est basé sur la propriété privée, l’exploitation et l’accumulation du Capital entraînant inégalité, injustice, dépossession de nos vies, productivisme effréné provoquant la destruction de l’environnement.
À ce système délétère, conduisant l’humanité à sa propre destruction, nous opposons le communisme libertaire !

Nous devons reconstruire une société basée sur l’égalité politique, économique et sociale avec pour conséquences directes la liberté, l’autonomie et la solidarité. Pour y parvenir, nous ne pouvons compter sur un quelconque leader ou messie (même dit de « la vraie gauche »).
Nous devons prendre ,en main nos vies et gérer collectivement la société !
Les élu-es, doivent être remplacé-e-s par des délégué-e-s avec des mandats précis, limités et révocables à tout moment. Les décisions doivent être prises ou validées par des assemblées générales via une démocratie directe dans les entreprises, les quartiers, dans les communes, les régions…

Si les capitalistes peuvent imposer leur société, c’est parce que ce sont eux qui concentrent l’essentiel du pouvoir dans la société actuelle : celui de nous embaucher ou pas, de choisir notre salaire, notre temps et horaires de travail… La « démocratie » qu’ils nous accordent à savoir devenir citoyenE, le temps d’une élection, ne peut changer en rien, nos conditions d’exploitéEs !

C’est à celles et ceux qui produisent les richesses que revient d’organiser et de gérer la production et la distribution des biens en fonction des besoins de la société. Ainsi, la première étape pour établir une société démocratique est l’expropriation des patrons et de mettre en commun les moyens de production. Il n’a pas de liberté, sans égalité économique de toutes et tous !

  • Face au productivisme destructeur, nous opposons : Utilité sociale et partage des richesses !
  • Pour rompre avec la marchandise : Gratuité et solidarité !
  • Contre les hiérarchies et l’autoritarisme : Égalité et rotation des tâches !
  • Pour faire reculer les nationalismes : Solidarité internationale, Antifascisme anticapitaliste !
  • Contre le patriarcat, l’homophobie, la Transphobie : Soutien aux luttes du mouvement LGTB : Défense de l’avortement, accès à la PMA !
  • Pour en finir avec la corruption et la pseudo représentativité des élus-es : Démocratie directe avec mandats impératifs !
  • Contre le mythe de l’État social : Socialisation des moyens de production, du secteur bancaire, autogérés par producteurs, productrices et les usagerEs !
  • Face à la répression et l’État d’Urgence : Solidarité !

Ensemble, construisons une dynamique pour un projet de société égalitaire, écologique, féministe, fondé sur la solidarité et la démocratie directe et pour se faire, la seule alternative est de construire la grève générale, de créer dans chaque entreprise des comités de travailleurs et travailleuses, de constituer des AG pour organiser la lutte !

Alternative Libertaire Lyon
Coordination des Groupes Anarchistes Lyon
Groupe Graine d’Anar de la Fédération Anarchiste

Solidarité avec l’antifasciste et anarchiste russe Dimitri Butchenkov

butchenkov

A Moscou, en décembre 2015, la police a arrêté l’antifasciste et anarchiste célèbre, Dimitri Butchenkov. Il est suspecté d’avoir pris part aux « désordres » du 6 mai 2012. Pour mémoire, le 6 mai 2012, s’est déroulée une action de protestation massive contre Poutine. Mais au cours de cette action, la police et les autorités ont mené des provocations qui ont conduit à l’arrestation de plus de 400 personnes. Ce jour-là, Dimitri n’était pas à Moscou, mais se trouvait à Nijni Novgorod, à plus de 300 km de Moscou.

Dimitri, membre de longue date du mouvement antifasciste et anarchiste, a déjà fait beaucoup pour le développement de ces mouvements. Les camarades et les amis de Dimitri considèrent que son arrestation est liée à son activité politique et ses positions vis-à-vis des évènements dans le pays.

Nous vous demandons à tous de manifester votre solidarité et de soutenir Dimitri et sa famille, de diffuser l’information sur son cas, et si vous en avez la possibilité, de l’aider par tous les moyens.  Si vous en avez l’opportunité, menez des actions de solidarité, des concerts de soutien et d’autres actions.

Nous vous rappelons la chronologie de cette affaire :

Dimitri Butchenkov, 36 ans, docteur en science politique, maître de conférences en histoire et en science politique, travaillait dans l’une des écoles de médecine de Moscou. Arrivé à Moscou en 2008 depuis sa ville natale de Nijni Novgorod, Dimitri a pris part à la section moscovite d’une organisation anarchiste « Action Autonome » (Dimitri est entré dans cette organisation en 2002). Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’histoire de l’anarchisme contemporain en Russie, et est un membre actif du mouvement antifasciste. Dimitri a organisé plusieurs actions de protestation dans les rues, différentes manifestations culturelles. Il a participé à la création du centre antifasciste V Project.

Ce n’est pas la première fois que la police et le FSB menacent physiquement Dimitri pour son travail et sa lutte militante. En 2015, des inconnus (sûrement la police et les collaborateurs du FSB) ont battu sévèrement Dimitri. Il a souffert d’une commotion cérébrale et ne pouvait ensuite plus se rappeler de ce qui s’était passé.

Dimitri Butchenkov avait pour projet d’organiser pour début 2016 un forum antifasciste et anarchiste à l’échelle de toute la Russie, intitulé « Autogestion et Communisme libertaire ». Mais la police du régime de Poutine l’a arrêté.

Le 2 décembre 2015, tôt le matin, une perquisition a été lancée, aux deux adresses où Dimitri pouvait se trouver : dans son appartement de Mosou, où il vivait avec sa compagne Anna et leur enfant, et à Nijni Novgorod, chez ses parents.

Les parents ont ainsi déclaré que Dimitri a été arrêté et que leur appartement avait subi une perquisition. Mais aucune affaire ni document concernant Dimitri n’a été trouvé dans l’appartement de ses parents. Les parents ont appris l’arrestation de Dimitri à travers la presse. D’après sa compagne, Butchenkov n’a pas été autorisé à téléphoner, et n’a pas été informé du nom des témoins.

Après la perquisition, Dimitri a été envoyé directement à la Direction générale du Comité d’enquête, vers 20h. Emprisonné, il a été accusé de « désordres de masse » (article 212 du Code pénal) et d’usage de la force contre des représentants de l’ordre public (article 318 du Code pénal) lors des affrontements de la place Bolotnaya le 6 mai 2012.

Le 3 décembre, Butchenkov a été auditionné par le tribunal, qui a décidé d’une mesure de sûreté à son encontre, en l’envoyant dans un centre de détention provisoire. Lors de l’enquête et lors de l’audience au tribunal, un nouveau figurant de l’affaire Bolotnaya est apparu : l’avocat du nom de Oleg Telpiakov, ancien membre du Parquet de Krasnoyarsk, qui a reçu le titre d’avocat en mai 2015. Aujourd’hui, la famille de Dimitri Butchenkov exige des mesures disciplinaires à l’encontre de cet avocat, qui le premier jour de l’arrestation a représenté les intérêts de Dimitri en tant qu’avocat commis d’office. En effet, il n’a pas du tout pris la défense de Dimitri, mais au contraire a agi pour que Dimitri soit arrêté. Le 3 décembre donc, Butchenkov a été placé en cellule d’isolement dans le centre de détention du Ministère de l’Intérieur.

Le 14 décembre, sans avertir personne, ni même l’avocate de Butchenkov, Svetlana Sodorkina, Butchenkov a été transféré au centre de détention provisoire « Vodnik 5 », bien que Butchenkov lui-même ait rédigé une lettre à l’attention de son avocate. Sidorkina a téléphoné au centre de détention du Ministère de l’Intérieur, mais on ne l’a pas informée du lieu où se trouvait son client. Elle n’a été informée du lieu de détention qu’après que les membres de la Commission de surveillance publique aient rendu visite à Butchenkov dans le centre de détention provisoire.

Entre les 7 et 14 décembre 2015, les amis de Dimitri, antifascistes, anarchistes et activistes sociaux ont mené des actions unitaires pendant une semaine, en soutien aux prisonniers politiques anarchistes et antifascistes. Dans ce cadre, 10 villes en Russie, Biélorussie et Suède ont pris part à ces actions de solidarité avec Dimitri Butchenkov.

Dimitri était très actif dans les mouvements de gauche à Moscou. Des activistes pensent qu’il a été arrêté en raison de son expérience et et ses très bonnes compétences organisationnelles. Dans le contexte de la très grave crise économique du pays, au moment où le mécontentement social est grandissant et où la population est au bord de l’explosion sociale, les autorités multiplient les répressions contre les gauchistes, en tentant d’effrayer, de démobiliser les activistes sociaux et les antifascistes.

Fin janvier 2016, Dimitri Butchenkov se trouve toujours sous le coup d’une arrestation en centre de détention provisoire, qui doit se prolonger jusqu’en juin 2016.

Groupes de solidarité avec Dimitri Butchenkov

https://www.facebook.com/freebuchenkov/

https://vk.com/freebuchenkov

Compte Paypal et adresse de contact de groupe de solidarité avec Dimitri Butchenkov :

avtonom46@gmail.com

Pour soutenir Dimitri Butchenkov en prison, vous pouvez également transférer de l’argent à travers la Croix noire anarchiste (Moscou)

Paypal of ABC-Moscow: abc-msk@riseup.net

(Tous les transferts PayPal doivent etre en euros!)

Pour les transferts bancaires:

(indiquer « pour Dmitry Buchenkov » ou « donation pour Dmitry »)

Proprietaire du compte bancaire: Oleg Serebrennikov

Numero du compte bancaire: 40817978608040002069 (Euro)

Nom et adresse de la banque: Alfa-Bank, 27 Kalanchevskaya Str, Moscow, 107078, Russian Federation

SWIFT: ALFARUMM

Banque de correspondance:

COMMERZBANK AG, Frankfurt am Main

SWIFT: COBADEFF

Compte de correspondance bancaire: 400886894501EUR

Pour rappel, Alexander Koltchenko, Oleg Sentsov et Guenadi Afanassiev  ont été envoyé dans des « camps à régime stricts » aux 3 coin du pays (Kolchenko à Chelyabinsk dans l’Oural, Sentsov à Iakouty près du Japon et Afanassiev à Syktyvkar en république Komi). Vous pouvez de plus amples informations sur leur procès sur le site. Avec Butchenkov la liste des prisonniers politiques russes s’allonge, montrant bien la volonté de musellement de toute contestation antifasciste et social de la part du gouvernement Russe, grâceà de fausses accusations et des aveux obtenus sous la torture. La lutte continue !

Plus d’infos ici

Communiqués anarchistes suite aux attentats à Paris le 13 Novembre.

Communiqué de la Fédération Anarchiste.

Vendredi 13 novembre, au fil des événements, l’inquiétude grandissante a peu à peu laissé la place à la consternation la plus profonde et à la colère face au bilan sans cesse plus lourd des attentats qui ont eu lieu à Paris : un bain de sang inutile, atroce, nauséabond, rappelant les pires exactions dont l’humanité sait malheureusement se montrer capable.

Les adhérent.e.s et sympathisant.e.s de la Fédération anarchiste sont révolté.e.s contre ces actes de la barbarie. Nous adressons toute notre sympathie aux personnes qui ont subi ces violences, à leurs familles, à leurs ami.e.s, à ceux et celles qui y sont resté.e.s et à celles et ceux qui ont heureusement sauvé leur peau.
Des assassins intoxiqués par une idéologie délirante ont fait régner la terreur à Paris comme ils la font régner au Moyen-orient et en Afrique. Ils peuvent se réclamer d’un dieu ou de la souffrance des populations en Syrie, en Palestine ou ailleurs. Ils ne sont que des meurtriers qui tentent dérisoirement de donner une justification à leurs actes. Ils n’en ont aucune.

Nous rejetons tout autant les tentatives d’amalgames qui n’ont pas manqué d’apparaître. L’essentiel de ce que l’on catégorise comme des populations musulmanes, sont des individus comme les autres : certains pratiquants, d’autres seulement croyants, d’autres encore athées, tous voulant simplement vivre en paix. Nous en avons tous et toutes le droit légitime.

Nous ne cautionnerons pas davantage les accents guerriers que ces exactions ont instantanément suscitées. L’état d’urgence en France, la tentation de soutenir Bacher El-Assad, de redoubler les bombardements sur des objectifs soi-disant ciblés mais qui font toujours plus de victimes parmi des populations civiles prises en otage, déplacées, dépecées. La guerre engendre toujours la guerre.
Nous veillerons enfin à la mesure de nos moyens à ce que les migrant.e.s ne subissent pas les conséquences des exactions commises par ces fous de dieu qu’ils et elles ont fuis en quittant leur pays dans des conditions extrêmes. C’est la solidarité sans faille de tous ceux et celles qui subissent l’oppression, qui permet l’émancipation.

Ni dieu, ni maître !

Fédération Anarchiste


 

Communiqué des Relations internationales de la Fédération Anarchiste.

 RINT FA

Contre la répression étatique et l’obscurantisme religieux

La Fédération anarchiste se positionne contre l’arnaque écologiste COP21, organisée par ceux-là même qui sont responsables de tous les problèmes environnementaux à l’échelle mondiale, et contre l’obscurantisme religieux de l’État islamique et ses attaques visant la population, en France comme ailleurs.

Aujourd’hui plus que jamais la liberté est attaquée par l’État et l’obscurantisme religieux. Pendant que l’État français organise la répression contre les anti-capitalistes et libertaires qui veulent se rendre à Paris pour la COP21, il collabore avec des régimes islamistes comme les États turc, iranien et saoudien, et donc contre les populations kurdes qui se trouvent en première ligne contre l’État islamique.

Suite aux attentats terroristes du 13 novembre 2015 revendiqués par l’État islamique, l’État français, qui est en guerre en Syrie, mais aussi au Niger, au Mali, au Tchad, vient de déclarer l’état d’urgence dans toute la France, lui permettant de violer les libertés publiques. Pendant la COP21, à la fermeture des frontières déjà prévue, risque de s’ajouter la répression contre les actions anticapitalistes. Les plans Vigipirate ont démontré leur inutilité et l’état d’urgence ne sera pas plus efficace. Tout cela profitera essentiellement aux islamistes et aux fascistes de toutes sortes, ravis d’assister à la militarisation et polarisation de la société française, et à la dégradation des libertés individuelles.

Au fond du problème, depuis plusieurs années, la misère, le racisme et la stigmatisation des Français d’origine étrangère, notamment en banlieue, a entraîné la radicalisation de centaines de jeunes qui sont partis faire le jihad en Syrie et en Iraq, ou qui viennent de commettre les attentats qui ont coûté la vie à plus de 128 personnes innocentes. Dans ces lieux où la misère est la plus forte, la manipulation par des islamistes radicalisés est facilitée par l’absence d’organisations ouvrant une perspective collective émancipatrice.

Tant que l’État français continuera de collaborer hypocritement avec des États théocratiques, tant qu’il stigmatisera la jeunesse française d’origine étrangère ou de confession musulmane, tant qu’il donnera des leçons moralisatrices sur l’écologie tout en poursuivant sa campagne impérialiste en Afrique pour protéger les mines d’uranium d’Areva, le terrorisme fondamentaliste et étatique continuera.

Contre l’État et l’obscurantisme, organisons la résistance sociale et libertaire !

Secrétariat des Relations Internationales – Fédération anarchiste


 

Communiqué de l’Action Anarchiste Révolutionnaire (Devrimci Anarşist Faaliyet-DAF) de Truquie

 

La douleur que vous vivez est notre douleur,

la rage que vous ressentez est notre rage

Le 13 Novembre, des attaques armées coordonnées par ISIS [DAESH] ont tué plus de 150 personnes et en ont blessé des dizaines dans 7 quartiers différents de Paris. ISIS poursuit ses meurtres en dehors des régions du Moyen-Orient et de l’Anatolie. Le massacre qui a eu lieu à Paris montre clairement que la terreur ISIS ne connaît pas de frontière.

Nous ressentons profondément le massacre de Paris et partageons votre tristesse. Nous avons vécu et vivons encore sous les attaques d’ISIS soutenues par l’État. De Sengal à Kobane, du Pirsus (Suruç) à Ankara, nous avons perdu beaucoup de camarades et amis. Nous sommes conscients du fait que les massacres visent à créer la peur, la méfiance et la solitude. Notre douleur est grande et augmente chaque jour. Dans ces périodes, nous devons développer la solidarité contre les meurtriers qui veulent nous enterrer sous la peur, la solitude et l’isolement.

Nous assistons déjà aux prises de positions simultanées de l’État français et d’autres États visant à orienter le processus. Ces mêmes stratégies sont en cours dans notre région sous le nom de « lutte contre la terreur ». Dans ce climat de méfiance, la panique s’invite, orchestrée par les appareils idéologiques de l’État ; l’oppression des révolutionnaires et la restriction des libertés seront bientôt légitimées politiquement, ainsi que le discours raciste toujours croissant. Les États profitent de ces périodes de confusions pour imposer leurs politiques d’intérêts, économiques et sociaux.

Nous comprenons la situation que subit et va subir la population vivant en France. Nous savons la difficulté de faire face à la fois à la douleur et aux mobilisations fascistes entretenues par un discours d’État. Nous soulignons que, même avec ces difficultés, la lutte contre la peur, l’État et le fascisme doit être menée.


La douleur que vous vivez est notre douleur, la rage que vous ressentez est notre rage, votre combat est notre combat !


Devrimci Anarşist Faaliyet-DAF

(Action anarchiste révolutionnaire, Turquie)


Communiqué de la Ligue Anarchiste de Rio De Janeiro

Lettre à nos compagnons de l’IFA et en particulier à la Fédération anarchiste française en solidarité devant les attentats en France.

Le 13 novembre 2015, plus de 150 personnes ont perdu la vie et des dizaines ont été blessées dans 7 quartiers différents de Paris à la suite d’attaques coordonnées par ISIS avec des bombes et des fusils.

Face aux attentats subis dans la ville de Paris, La Ligue anarchiste affirme que la guerre entre les États, les grandes firmes, les religions, ne sert pas le peuple travailleur en Syrie ou en France, au Brésil ou en Ukraine en Angola ou aux États-Unis d’Amérique du Nord. Cette guerre tire profit de nos morts et de notre travail.

Nous sommes confrontés à une guerre pour le pouvoir et le profit, où les États, les grandes firmes et les religions utilisent la terreur pour dominer, conquérir et exploiter.

Contre le terrorisme des États, des grandes firmes et des religions nous exprimons notre solidarité afin que nous restions ensemble et que soit détruite la peur, détruits les Etats qui nous oppriment, le capitalisme nous exploite et les religions qui abrutissent humanité.

Nos sentiments, notre résistance et notre force sont avec les camarades travailleurs et travailleuses, avec le peuple de France et de Syrie.

Vos guerres, nos morts. Détruire le fascisme.

Construire le fédéralisme anarchiste.

Salutations anarchistes.

Liga Anarquista de Rio de Janeiro

Communiqué des Relations internationales: L’Etat théocratique iranien de nouveau fréquentable ?

 

L’Etat théocratique iranien de nouveau fréquentable ?

Le Président de la république islamique d’Iran sera en France le 16 novembre 2015. Sa visite se fera après le compromis sur le dossier nucléaire avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne.

L’Etat théocratique iranien est redevenu fréquentable parce qu’il a reculé sur le dossier nucléaire ou bien parce qu’il a soudainement changé de nature ?

Depuis sa fondation en 1979, le bilan de l’État islamique iranien est néfaste.

Pour la période récente, au mois de « mehr » (23 septembre au 22 octobre), au moins 32 personnes ont été exécutées dans huit villes, dont trois pendaisons publiques. La plus barbare fut celle de Fatima Salebhi, accusée du meurtre de son mari alors qu’elle n’avait que 17 ans.

Ce mois de mehr, début de l’année scolaire, on a refusé de scolariser plus de 400 000 enfants à cause de leur origine afghane. Plus de 2 millions d’Afghans vivent et travaillent en Iran alors que l’État islamique les prive des droits les plus élémentaires et les expulsent. Le rêve de partis fascistes comme le Front national est devenu réalité en Iran sous le règne des mollahs.

Les femmes, réprimées par la misogynie propre à tout État théocratique, ont payé un lourd tribut pour leur liberté la plus élémentaire. On a refusé un passeport à une athlète qui voulait sortir du pays participer à un événement sportif international. Une chanteuse a été arrêtée probablement parce que les femmes n’ont pas le droit de chanter en islam. Un député de l’Assemblée islamique (le parlement iranien) a demandé le durcissement des conditions de voyage à l’étranger pour les femmes qui doivent avoir l’autorisation du père, du mari ou à défaut d’un autre membre masculin de la famille. Le « ministère de la culture et de la guidance islamique » qui s’occupe principalement de la censure de toute œuvre littéraire, artistique etc. a donné un sévère avertissement à deux actrices qui ont osé mettre en ligne leurs photos sans voile islamique. L’État islamique iranien ne reconnaît pas toutes les religions, les baha’ïs sont particulièrement visés. Trois d’entre eux ont été condamnés pour leur appartenance religieuse à Gorgan, deux autres embastillés à Yazd, les terres d’un paysan baha’ï confisquées à Semnan.

L’interdiction des syndicats indépendants empêche les travailleurs de s’organiser pour se défendre face à un patronat qui fait ce qu’il veut. Les lieux de travail sont un véritable cimetière pour les ouvriers, onze y ont péri ce mois. Shahrokh Zamani, 51 ans, ouvrier peintre en bâtiment condamné pour ses activités syndicales est mort en prison le 13/09/2015.

L’Etat islamique met la pression sur les enseignant(es) qui ont repris ces derniers mois le chemin de la lutte. Ramin Zandnia, membre du Centre syndical des enseignants, non reconnu par le gouvernement, a été arrêté par la police politique avec d’autres membres de sa famille.

La venue de Rouhani en France se fera alors que le Medef a organisé le voyage de 130 patrons français en Iran fin septembre 2015. Au retour, ils étaient aux anges, un marché de 78 millions d’habitants les attendait là-bas ! Comme ils ont trouvé une porte ouverte en Iran, ils ont sûrement demandé à leur receveur d’ordre, le président français, de faire le nécessaire. En régime capitaliste, on peut ignorer les droits les plus élémentaires des femmes et des hommes, mais on ne peut envoyer aux oubliettes un marché aussi grand que celui d’Iran. Voilà pourquoi le président d’un État démocratique recevra le président d’un État théocratique, élu dans une mascarade électorale. Les États, qu’ils soient démocratiques ou totalitaires, existent pour que les patrons (les 1%) puissent plus facilement exploiter les autres (les 99%).

Les femmes et hommes épris(es) de liberté et d’égalité ne peuvent donc compter que sur elles-mêmes et eux-mêmes pour mener le combat sur le long chemin de l’émancipation. Les anarchistes et libertaires seront toujours à leur côté, qu’elles et qu’ils soient ici en France, là-bas en Iran ou partout dans le monde.

Relations Internationales de la Fédération anarchiste

relations-internationales@federation-anarchiste.org

Paris – le 08/11/2015

Refugees welcome !

Face à tous ces hommes, femmes et enfants qui fuient la misère ou la guerre et qui veulent une vie meilleure en Europe, la Fédération Anarchiste a écrit un 4 pages: Refugees welcome!

Au sommaire:

De Grèce : la galère des réfugiés
Les frontières intérieures 
L’Allemagne et les refugiés
Liberté de circulation et d’installation. Personne n’est illégal.

Voici le lien ici, bonne lecture!

Personne n’est illégal !