[Groupe] NON À L’INSTRUMENTALISATION POLITIQUE, CHOISISSONS L’ANARCHIE ! – 12 juin 2021

Il a été proposé à notre organisation de signer un texte d’appel « pour les libertés, contre les idées d’extrême droite » et leur propagation. Nous ne l’avons pas signé en tant que groupe, non pas que nous souhaitons que ces idées progressent, mais bien parce que nous pensons que ce texte oublie ce qui constitue le cœur de celles-ci.

D’ailleurs, luttons-nous contre l’extrême-droite ou contre le fascisme ? Le fascisme ne vient-il que par l’extrême-droite ? Rien que ces questions nous semblent importantes, car nous n’oublions pas que toute forme d’autorité aura tendance à tendre vers une forme de coercition sur les populations.

Nous ne pouvons pas signer un texte aux côtés des partis politiques qui se sont, depuis des années, alliés à ceux qui ont fait le jeu des idées d’extrême droite : soit en reprenant les thématiques qui sont chères aux réactionnaires, soit en utilisant l’extrême droite comme épouvantail pour s’assurer une prise de pouvoir.

Lire la suite

[Relations internationales] Colombie : Solidarité internationale

Tenons-nous informés et ne laissons rien passer


C’est l’État narco-paramilitaire qui va tomber – 28 avril 2021
Les inégalités structurelles en Colombie

La Colombie fait partie des 15 États les plus inégaux au monde, et en Amérique Latine elle occupe malheureusement la première place. Dans la société colombienne, la terre et les richesses, tout comme les postes d’élus et les médias de masse, sont détenus par une petite partie de la population. En conséquence, c’est 42.5% de la population qui se trouve en situation de pauvreté et de grande précarité, vivant avec une moyenne de 72€ par mois. Cette situation dure depuis des années et a encore empirée avec la pandémie de covid-19. La majorité de la population lutte chaque jour pour vivre dignement, pour manger, avoir un logement, accéder à la santé et à l’éducation.


Déjà 10 jours de mobilisation

C’est dans ce contexte que le gouvernement national, sous la houlette du Président Ivan Duque, a souhaité faire passer une réforme fiscale pour que les dettes issues de la pandémie soient payées par les classes moyennes et populaires, sans imposer fortement les personnes les plus riches du pays. C’est face à cette réforme en temps de pandémie que le 28 avril a été déclarée une grève nationale et qu’a commencé un processus de mobilisation sociale qui dure depuis 10 jours déjà. Bien que la pression populaire ait été suffisamment forte pour que la réforme fiscale soit abandonnée, le peuple colombien poursuit la mobilisation concernant les choix politiques néolibéraux et inégalitaires dans les domaines de la santé, des retraites et du travail.


Criminaliser et délégitimer la mobilisation sociale

Lire la suite

[Communiqué FA] Face à la pandémie, entraide et réappropriation

Le document en PDF :

Le 11 avril 2021

La gestion de la pandémie mondiale par les gouvernements, y compris français, est dans la droite ligne du cynisme habituel du capitalisme : laisser mourir les plus pauvres pour que l’économie tourne malgré tout.

Cette pandémie est aussi sociale : elle touche plus fortement les populations les plus pauvres (jusqu’à cinq fois plus de morts) et les plus isolées.

Pourtant une solution existe aujourd’hui : plusieurs vaccins sont disponibles et offrent une couverture suffisante pour aider à sortir de ce marasme mondial.

La Fédération Anarchiste porte des idéaux clairs : l’entraide plutôt que le chacun pour soi, la solidarité plutôt que la charité, l’Humanité plutôt que le Marché. Face à cette pandémie, nous ne pouvons continuer à laisser les multinationales et les États disposer de nos vies.

Lire la suite

LE MONDE LIBERTAIRE N°1827

Disponible aussi par correspondance directement ICI !

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Distançons-nous de chaque maître

Tu as vu, on nous vend la démocratie représentative comme d’autres nous vendent Noël en novembre, la rentrée en juillet et la fête des mères dès le 9 mars. Surtout, à défaut d’être les premiers du grand cirque électoral, être les premiers à annoncer la liste des candidat.es en vente.

Pour nous qui n’entrons pas dans ces boutiques il serait facile de dire une fois de plus « élections piège à cons » (désolé Monica cf. ML de mars), mais voyons le problème autrement :
Tu es dans un bateau, parti pour un voyage plus ou moins long. De la race des premiers de croisière, tu t’arranges pour que soit désigné le skipper qui répondra le plus à tes attentes.
Inutile pour toi de tenir le gouvernail. Le MEDEF ne présente pas de candidats.
De la race des passagers insouciants, tu votes pour un skipper qui t’a promis l’île de tes rêves et qui t’emmènera à la destination de SON choix.
Je ne te parle même pas du cas où le skipper t’oblige à ramer…

Nous te proposons d’agir sur la conduite du bateau. Pas question de virer le gouvernail, juste de virer le pouvoir – qu’il représente pour celui qui a la main dessus – par la responsabilité de rendre le voyage le plus agréable possible pour toutes et tous.
Mais là, on te demandera un effort. Tu ne souhaites pas que l’on décide pour toi de la route à suivre alors prends ta part de responsabilité, les taches sont multiples, agis, sors de ton transat et, comme d’autres, prends ton tour de responsabilité au gouvernail. Sinon tu es mal barré.

Agir au lieu d’élire… lis les articles sur les black blocs, les manifestations féministes, contre le SNU, pour une fin de vie digne et tu souriras la prochaine fois qu’on te dira « Si tu ne votes pas, c’est que tu ne t’intéresses pas à la politique ». Si, mais au sens noble… Autre sujet, il y a 35 ans un nuage radioactif s’arrêtait à la frontière. À lire l’article sur le tourisme (ir)radieux à Tchernobyl…

Bonne lecture.

Soutien à la Plume Noire et aux militant.e.s attaqué.e.s le 20 mars 2021 !

Le 20 mars 2021, en pleine journée, vers 14h, un groupe d’une quarantaine de fascistes a attaqué les locaux de « La Plume Noire ». Heureusement, cette attaque ne se solde qu’avec de la casse matérielle.

Comme toujours, l’impunité dont jouit l’extrême droite dans les rues de Lyon démontre à quel point sa présence est acceptée par les pouvoirs publics.

Il n’y a pas de place dans nos rues pour la haine. Pas de place pour les idées racialistes, racistes et différentialistes portées par ces individus qui rêvent d’un monde d’entre soi et de fermeture basé sur la race et ses dérivés. 

Il est à noter qu’à la même heure, quelques centaines de personnes manifestaient (dans le cadre de la journée internationale contre le racisme et les violences policières, carcérales et judiciaires et contre la Loi Sécurité Globale) et étaient, elles, fortement encadrées par les forces du désordre (la police). Les tenants du pouvoir ont leurs priorités ! 

Nous apportons notre soutien à la Plume Noire et souhaitons courage et ténacité aux militant.e.s attaqué.e.s le 20 mars 2021. 

Le groupe Graine d’Anar, membre de la Fédération Anarchiste.

LE MONDE LIBERTAIRE N°1826

Disponible aussi par correspondance directement ICI !

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

TIQUES, TICS, ÉTHIQUE

Mars arrive, c’est le printemps qui revient, les bourgeons, les jours qui rallongent. Mais ce n’est pas tout : en mars, on commémore à tout va. Ironie ? Certainement pas ! Deux anniversaires, en cette année 2021, et non des moindres : celui de la révolte des marins de Kronstadt, il y a cent ans, et bien sûr le 150 e anniversaire de la Commune de Paris. Moins connue, sans doute, l’effervescence révolutionnaire de mars 1886, dans le bassin industriel mosan, marque pourtant un tournant dans l’histoire du mouvement anarchiste en Belgique. Pour rappel, comme on le lira dans le dossier Histoire, c’est déjà une commémoration de la Commune de Paris qui mit le feu aux poudres à Liège.

Lire la suite

[Communiqué FA] SÉCURITÉ GLOBALE : AU-DELÀ DE L’ARTICLE 24

LE PDF ICI :

SÉCURITÉ GLOBALE : AU-DELÀ DE L’ARTICLE 24

Les mobilisations contre la « loi de sécurité globale » montent en puissance et nous ne pouvons que nous en réjouir. Néanmoins, se focaliser sur le seul article 24, le fameux qui tend à rendre plus difficile la diffusion d’images d’exactions policières, ne suffit pas.

C’est l’ensemble de la loi qu’il faut abroger !

Celle-ci permet d’entériner des moyens au départ « exceptionnels » pour les faire devenir « courants ». Comme d’autres lois, celle-ci veut faire de l’état « d’exception » une « exception permanente ».

En offrant encore plus de moyens techniques et technologiques de coercition, la « loi sécurité globale » facilite surtout la voie à un État toujours plus répressif, où les habitants sont considérés comme des êtres irresponsables qu’il faut fliquer sans limite. Un rapport parlementaire de 2010 annonçait déjà les « solutions innovantes » dont la police doit se doter : « mini-drones d’observation, vidéoprotection intelligente, fouille des données sur internet, reconnaissance faciale, nouvelles technologies de biométrie… ».

Cette loi ouvre de nouvelles prérogatives aux polices municipales, démultipliant les possibilités d’arrestations et d’amendes. Elle permet la création d’une police municipale à Paris. Elle renforce encore le poids des entreprises privées de sécurité, privatisant encore plus certaines actions de police. Elle offre la possibilité d’utiliser des drones au détriment de la vie privée.

Cette loi permet l’utilisation en direct des images filmées par les policiers, notamment lors de manifestations, et d’utiliser la reconnaissance faciale pour comparaison avec les huit millions de « personnes surveillées » dont la photo figure dans le fichier Traitement des Antécédents Judiciaires (TAJ), criminalisant tout mouvement social.

Cette loi supprime la possibilité de réductions de peine si le délit constaté est fait à l’encontre d’élus, de militaires, d’agents des forces de l’ordre. C’est la création de facto de « citoyens au-dessus des autres citoyens ». Policiers et gendarmes se voient autorisés à porter leurs armes dans n’importe quel lieu, même hors de leurs heures de service ! C’est un permis de tuer permanent !

Preuve d’une militarisation de l’espace public, cette loi permet aux militaires de l’opération « Sentinelle » de pouvoir tirer à vue pour « mettre fin à un parcours criminel », c’est-à-dire dans les mêmes dispositions que pour la police. Les affaires récentes et passées de crimes perpétrés par les forces de l’ordre démontrent déjà qu’elles usent et abusent du droit de tirer. Les voilà maintenant épaulées par les militaires.

C’est tout l’esprit nauséabond de cette loi qu’il faut combattre.

C’est tout le climat sécuritaire et policier qui se met en place qu’il faut abattre.

Contre cette loi, contre l’État !

Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Le 02 Décembre 2020