LE MONDE LIBERTAIRE N°1822

Disponible aussi par correspondance directement ICI !

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Ce mois-ci, dans le dossier thématique, on vous parle de l’ajustice.

L’ajustice, avec un petit « a ».
L’ajustice, kézako ?
L’ajustice, c’est comme l’anarchie, mais en moins bien.

Lire la suite

LE MONDE LIBERTAIRE N°1821

Disponible aussi par correspondance directement ICI !

N’oubliez pas de vous abonnez ici !

Et le Monde Libertaire est un bi-média : le journal papier et le site internet !

Edito :

Petite confidence : le comité de rédaction du Monde libertaire, c’est une femme et cinq hommes. Tu as vu la parité…
Par contre, nous recevons de plus en plus d’articles écrits par des auteures.
Donc, pour faire court : réunion téléphonique du CRML, question qui tue : « Une idée pour le thème du dossier ? » Une femme, cinq hommes qui réfléchissent. Et une voix féminine : « On pourrait faire un dossier sur la contraception masculine… »
Sur ce coup, on était loin du marronnier : rentrée scolaire, beaujolais nouveau, chasse, chute des feuilles et bientôt l’hiver.
Mais la question était « Qu’est-ce qui est le plus facile, disserter sur la vasectomie ou alors sur le poids d’un cartable ? » Avec ou sans masque.
Je t’invite donc à feuilleter ce nouveau Monde libertaire « Tu n’en reviendras pas » de la richesse du dossier. Merci pour les témoignages.
Pas fréquent de lire que le contrôle des naissances est l’affaire de tou.te.s. Écriture inclusive de rigueur.

« Et puis et j’allais dire déjà » il y a des articles qui donnent le sourire : Le groupe La Mistoufle de Dijon et son Centre Social Autogéré,
Le LéØ (Laboratoire écologique Ø déchet). Le point commun entre les deux ? Une foutue solidarité et des centaines de repas distribués malgré le Covid qui rodait. Chapeau bas.

Un autre qui donne la patate : La ZAD de la Zablière, « Regarde bien petit », ça se passe quelque-part en Belgique « entre ciel et moulin ».

Et puis, y’a cette nouvelle, arrivée un triste jour. Là-bas en Italie « avec sa faux des quatre saisons » la mort a coupé la route à David Graeber. Nous publions un de ses articles glané sur la toile. Tout simplement parce que ses réflexions de demain commencent déjà à nous manquer.

But the revolution must go on !

Bonne lecture.